Nouvelles

Sagot dévoile « Sexe au zeppelin »

L’album Sagot sortira le 12 mars 2021 via Simone Records

L’auteur-compositeur et interprète Julien Sagot marque son retour aujourd’hui avec la sortie de l’extrait et de son vidéoclip “Sexe au zeppelin”. Près de quatre années se sont écoulées depuis la parution de son 3e album, Bleu Jane, sur lequel Sagot s’affirmait avec un son plus lourd et enveloppé tout en conservant une certaine touche pop abrasive presque irrévérencieuse. Pour ce nouvel album intitulé Sagot qui sortira le 12 mars prochain, l’artiste se campe davantage dans cette signature sonore caractéristique étoffée.

Sur “Sexe au zeppelin”, la plume poétique de Julien Sagot effleure l’érotisme, la sensualité et la lenteur au rythme d’une guitare alanguie. Les arrangements aériens s’entremêlent et créent une tension qui trouve son point culminant au milieu de la chanson, laissant ensuite les instruments planer jusqu’à la dernière seconde. Le vidéoclip, réalisé par Pierre Tremblay, forme la première partie d’un triptyque qui s’ouvre et se ferme sur des vers récités par Sagot et qui se complètera avec les extraits “Cendre et descendre” et “Morte alitée”. Il se construit autour de couleurs, de mouvements et de textures grâce à un cycloscope, une table lumineuse inventée par Tremblay avec laquelle il a créé les visuels de manière complètement organique, sans effets ajoutés. Les images viennent se déposer avec sensualité et mouvance sur la poésie charnelle de la chanson qui célèbre l’intimité entre deux êtres.

La facture sonore et mélodique de ce nouveau long jeu s’est élaborée surtout en solo, et Julien Sagot a minutieusement travaillé les rythmiques de chaque chanson avant de s’entourer de quelques collaborateurs-trices clés pour enrichir l’album de couleurs additionnelles. On y retrouve les saxophones (baryton, ténor et soprano) de François d’Amours, les choeurs de Frannie Holder sur les chansons “Cendre et descendre” et “Morte alitée” et la touche éclectique au mixage inventif et collaboration essentielle de son partenaire artistique de longue date Antoine Binette Mercier. Les huit titres portent une fougue tempérée, livrée à travers une pop expérimentale vaporeuse. La voix de Sagot, d’un calme posé, fait graduellement grimper le voltage de chaque pièce qui se dévoile lentement, à l’instar d’un nuage d’une fumée blanche se dissipant pour révéler des formes et des contours obliques. Et toujours comme point de repère, cette plume poétique libre et singulière qui n’épargne aucun tabou et qui s’amuse à créer des chansons aux images fortes.

Sagot sortira officiellement le 12 mars 2021 via Simone Records. Il est disponible en pré-commande dès maintenant.

À PROPOS DE JULIEN SAGOT

Avant d’entamer sa carrière musicale d’auteur-compositeur-interprète en solo, Julien Sagot se fait connaître comme percussionniste et membre de Karkwa. Multi-instrumentiste autodidacte, au fil des ans, il approfondit l’art de la composition et perfectionne son jeu de guitare et de piano. En 2012, il fait paraître un premier album solo Piano Mal, sous l’étiquette Simone Records. S’ensuit Valse 333 (2014) sur lequel Sagot cherche un son plus personnel, plus abrasif et flirte avec un esthétisme franco-asiatique. Sa plume se dirige vers la sociologie abstraite et contemporaine. Il travaille avec Antoine Binette-Mercier, compositeur, arrangeur et sonorisateur qui devient dès lors un complice important pour la suite de son parcours artistique. Cherchant un son plus lourd, plus enveloppé, mais toujours abrasif et métissé, l’artiste fignole sa signature sonore caractéristique sur Bleu Jane (2017). En mars 2021, Julien Sagot revient avec un album éponyme dont la pochette est illustrée par une photo prise par Sagot lui-même d’une sculpture de l’artiste italienne Paola Epifani.